Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

André Taymans a eu la gentillesse d'évoquer pour moi Edgar-Pierre Jacobs, qu'il a rencontré personnellement dans sa jeunesse et qui a joué un grand rôle dans son désir de faire de la bande dessinée :


"J'ai rencontré Jacobs en 1983. A l'époque je vivais chez mon grand-père à un jet de pierre de chez E-P J. Nous nous sommes rencontrés grâce à un plombier que Jacobs et mon grand-père avaient en commun. Ce plombier me conduisit chez le Maître par une belle après-midi. L'entrevue qui ne devait durer que 10 minutes dura près d'une heure durant laquelle Jacobs décortiqua et critiqua mes planches. Sentant que j'étais du genre à débarquer plusieurs fois par semaine, il me demanda de lui envoyer des copies de mes nouvelles planches tous les trois mois en promettant de me donner son avis par retour du courrier. Ce qu'il  fit !
Cette même année 83 le responsable d'un mouvement de jeunesse qui voulait réaliser un calendrier BD se recommanda de moi auprès de Jacobs. Ma surprise fut totale quand je reçus une copie de la réponse du père de B&M. Il proposait ni plus ni moins que je fasse le dessin à sa place. Pure folie !... J'avais 15 ans !"

 

André Taymans avait déjà évoqué ces rencontres avec Jacobs dans une interview accordée à Actua BD en décembre 2006 à l'occasion de son premier album de Lefranc, Le Maître de l'atome, dans lequel il faisait apparaître le père de Blake et Mortimer (pour une présentation aussi exhaustive  que possible des clins d'oeil à l'univers de Blake, Jacobs et Mortimer dans l'oeuvre de Taymans, je vous invite à vous reporter aux deux articles publiés à l'occasion de la sortie de son deuxième album de Lefranc, Londres en péril, en juin 2008 : 1 et 2).

 

Mais André Taymans m'a en outre aimablement communiqué quelques documents personnels inédits concernant ces rencontres avec Jacobs : une photographie montrant le jeune Taymans en compagnie de Jacobs et trois lettres adressées par le second au premier.

 

 

 

  

 

Le texte de cette dernière lettre étant difficilement lisible, je vous le retranscris ci-dessous :


" Cher ami,


En réponse à votre lettre du 2? courant, j'ai le regret de

vous dire qu'il m'est absolument impossible de répondre à votre demande

de préface, mon planning de travail m'interdisant toute dérogation à ce

sujet.


Quant à mon avis sur votre histoire, si vous avez cherché

à caricaturer la manière d'Hergé c'est assez réussi, bien qu'un peu trop

chargé. Quoi qu'il en soit, essayez quand même de veiller aux proportions

de vos personnages. Le style HERGE n'est pas aussi simple qu'on ne pense.


Bien amicalement,


E. P. Jacobs"

 

J'aurai prochainement l'occasion de vous présenter d'autres documents tout aussi intéressants concernant les liens d'André Taymans avec l'univers de Blake et Mortimer.

Article rédigé par Laurent le 24 janvier 2009 à 18:36
Tag(s) : #Edgar P. Jacobs : sa vie, son oeuvre