Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Grâce aux éditions Dargaud, que je remercie ici chaleureusement, j'ai eu le privilège de lire en primeur ce tome 1 de La Malédiction des trente deniers, sous-titré Le Manuscrit de Nicodemus.
 
Cet album débute par un hommage chaleureux de Jean Van Hamme à René Sterne, disparu le 15 novembre 2006, après avoir dessiné les 29 premières planches. La transition entre son style et celui de Chantal De Spiegeleer, à qui nous devons les 25 planches suivantes, est imperceptible sauf au niveau des visages, toujours plus dépendants de la "patte" du dessinateur, surtout pour des personnages aussi connus que Mortimer ou Olrik. Ci-dessous quelques exemples permettant de juger sur pièces la qualité du travail de Chantal De Spiegeleer. Deux vignettes représentant Mortimer et une Olrik (tirée de la planche 34 présentée dans son intégralité il y a quelques jours) :
Deux vignettes en plan large, toujours dues à Chantal De Spiegeleer (celle immédiatement ci-dessous est la première de la planche 34 dont Chantal parle dans l'interview qu'elle m'a accordée il y a quelques semaines, vous pouvez cliquer sur les images pour les agrandir un peu) :
 
 
D'une manière générale, le côté thriller archéologique de ce récit et le fait qu'il se passe dans un pays lumineux comme l'est la Grèce, font qu'on y retrouve une ambiance semblable à celles du Mystère de la grande pyramide ou des passages indiens des Sarcophages du sixième continent, réminiscences que renforce bien sûr le dessin très "Ligne Claire" de René Sterne, continué par Chantal De Spiegeleer.
Le contenu de cet album, sans en dévoiler trop, mêle, avec tout l'art de la narration dont est capable Jean Van Hamme, les éléments que l'on sait, classiques par ailleurs du récit d'aventures : malédiction magico-religieuse venue du fond des âges, trésor des nazis, etc. Pour la forme, les passages didactiques nécessaires à la présentation du dense fond historique de cette histoire alternent avec des scènes d'action palpitantes (bien que pas toutes nécessaires à l'intrigue), la moindre n'étant pas celle qui termine ce tome 1 et qui correspond à la couverture de celui-ci.
Comme Le Papyrus de Manéthon (tome 1 du Mystère de la grande pyramide) qui en constitue le modèle avoué, ce Manuscrit de Nicodemus consiste essentiellement en la présentation du thème et des protagonistes d'une action principale qui aura lieu dans le tome 2, dont le titre ne nous est pas révélé à la fin du tome 1, à l'inverse de ce qui était de coutume dans les précédents récits en deux tomes de la série.
En conclusion, les qualités et les promesses de cet opus font de sa lecture un très agréable moment à l'issue duquel on n'a qu'une envie : lire le tome 2 !
Article rédigé par Laurent le 4 novembre 2009 à 13:51
Tag(s) : #Blake et Mortimer par Sterne et De Spiegeleer