Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Nous continuons la série d'articles sur les réalisations du maquettiste de talent et passionné de E.P. Jacobs, Benoît Verley aujourd'hui bien connu de nos lecteurs pour ses réalisations originales et de grande qualité.

 

Les précédents articles nous présentaient la scène "Mortimer pénètre dans le repère de Septimus" (tirée de La Marque Jaune), l'Astronef Atlante, et l'Aile Rouge, trois maquettes en "scratch", c'est à dire réalisées avec divers matériaux, souvent détournés de leur utilisation initiale, ou issus de la récupération, et donc réalisables par tout un chacun avec un minimum de minutie et en suivant scrupuleusement les indications de Benoît Verley.
 
Nous avons donc le plaisir de vous présenter aujourd'hui la maquette de la voiture du Docteur Grossgrabenstein que l'on voit dans Le Mystère de la Grande Pyramide, et réalisée par Benoît. Encore une somptueuse réalisation, toujours accessible à tous pour un faible coût. Cette maquette, qui surclasse largement les représentations 3D du commerce du même modèle (Hachette, Pixi, etc) est un pure merveille !

 

100 4154chromo 3, la voiture de grossgrabenstein-1

 

 

 
Mais laissons la parole à Benoît pour les explications et les images :

 

Quatrième épisode : le « tacot » de Herr Doktor Grossgrabenstein :

La personnalité originale du docteur ne peut que se prolonger dans le véhicule qu’il conduit que Mortimer, très sarcastique, définit comme étant « ce vénérable vestige des premiers efforts du génie humain », une Renault « type C » de 1900, d’après Alain Lerman.

 

100 4156


La détermination de l’échelle de reproduction a deux origines. L’une concerne le personnage, pouvant être issu d’un modèle du commerce de 14 cm environ, l’autre fait référence à une collection de voitures anciennes à construire en carton, disponible dans des stations-service de l’époque (1958-1960). Un modèle ressemblant (Panhard et Levassor), reproduit à une échelle double de celle d’origine a pu donner des indications de proportions pour le modèle.

 

Voiture de G 002


1. Le châssis et les éléments de carrosserie.

Le châssis (1) est découpé dans une planche de contre-plaqué de 5 mm, a pour longueur 160 mm, pour largeur à l’avant de 40 mm et, à l’arrière, 58 mm. Le capot (2) de 47 mm de long sur 32 de large et de 33 de haut est confectionné dans un bloc de balsa. La paroi (8, 53X58, épaisseur 4) assure la transition entre le capot et l’habitacle. Le carter (3, L 47, l 29, h 34) est pris aussi dans un bloc de balsa, arrondi dans sa partie inférieure. L’organe de transmission (4) est réalisé en bois de contre-plaqué. Une partie centrale de 32 mm de large, arrondie en partie inférieure est entourée de deux rondelles de 20 mm de diamètre. La suspension avant (deux pièces 5) est fixée sous le châssis et supporte les tourillons dans lesquels tourne l’essieu avant. La banquette (6) est un bloc de balsa de 62 mm de long, de 58 de large et de 25 d’épaisseur, mis en forme arrondie en partie arrière. Le coussin (7, 50X45) en balsa est adapté à l’assise du
personnage.

 

voiture de g 001

 

voiture de g 002-1

 

 

voiture de g 003-1

 

2. L’habillage du siège (9).


Le bord de la rambarde est réalisé en carton de 1 mm d’épaisseur en plusieurs couches (3 ou 4) contre-collées, afin de faciliter sa mise en forme. Cette rambarde est maintenue en place par 9 barres de bois de 3X3 mm.

 

3. Les roues.

N’ayant pas trouvé des roues à rayons adaptées au modèle, je me suis résolu à les fabriquer. Pour cela, il est nécessaire de réaliser un gabarit en bois percé d’un trou pour chacun des diamètres, fixant le centre sous la forme d’une section de tube de diamètre extérieur 3 mm et un cercle en fil de laiton d’un mm de diamètre 45 mm (petite roue) et 62 mm (grande roue). Douze rayons en fil de laiton de 1 mm de longueur 17 mm (petite roue) et 28 mm (grande roue) sont soudés entre le tube et le cercle. Les pneus sont des sections de câble électrique de 6 mm de diamètre coupées à bonne longueur et collées sur les cercles de laiton. Les roues avec leur axe sont enfilées sur un tube de 2 mm de diamètre, lequel tourne dans un tube de 3 mm fixé sous le châssis.

 

 

100 0735


4. Les accessoires.

Le volant est fait à partir de fil électrique de 3mm (cercle et rayons). Il est fixé sur un tube de laiton de 3 mm, lequel est glissé dans un orifice fait dans le châssis. La trompe et la poire associée sont réalisées en balsa. Les lanternes sont des bouchons de tubes de comprimés collés sur des formes en balsa, elles-mêmes fixées sur la plaque avant de l’habitacle. Les garde-boue sont des bandes de 10 mm de large, découpées dans de la feuille de laiton de 5/10°, fixées au châssis par des fils de laiton soudés, après mise en forme.

 

100 0733


5. Le dais.

L’armature est un couvercle de boîte en plastique de 120 mm de diamètre, sur lequel sont collées des couches de balsa de 5 ou 10 mm, mises en forme par ponçage. Le dais est recouvert de 12 secteurs triangulaires de tissu.

 

100 0731

 

 

6. Le personnage.

Le modèle de base est un « Superman » de 14 cm, articulé, fortement remodelé pour devenir Herr Doktor Grossgrabenstein ! Il est immobilisé en position assise, les jambes légèrement ouvertes pour laisser passer le tube du volant. Des quantités importantes de pâte à modeler, durcissable à l’air (Plastiroc), sont utilisées pour figurer la redingote et la barbe rousse. La moustache est en fil électrique fin, les lunettes en fil de laiton, le chapeau haut de forme en carte plastique souple de 3/10°. Les bras sont placés de façon à entourer le volant.

 

100 4157

 

 

100 4158


7. Peinture.

Avant la mise en peinture, les surfaces des pièces en bois sont recouvertes d’enduit de lissage et ensuite poncées. Les teintes sont conformes à celles de Jacobs dans l’album : rouge vermillon pour la carrosserie et les garde-boue, avec des bandes jaunes sur le capot, les montants de la rambarde et les lanternes. Les roues sont grises et le dais en couleur orange. L’habit du personnage est noir, la barbe évidemment rousse.

 

100 4152


Voici terminée la description de cette voiture originale et de son conducteur, traits d’humour dans un univers "jacobsien" réputé sérieux !

 

Prochain sujet : le Chronoscaphe !

 

 

Un grand merci à Benoît pour cette réalisation splendide !

Article rédigé par Christian le 18 mai 2012 à 06:00
Tag(s) : #Maquettes