Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous continuons la série d'articles sur les réalisations du maquettiste de talent et passionné de E.P. Jacobs, Benoît Verley aujourd'hui bien connu de nos lecteurs pour ses réalisations originales et de grande qualité.

 

Sixième épisode : Septimus et Guinea Pig

 

Cette fois-ci, l’objet de la maquette est la réalisation des deux personnages de Septimus et Guinea Pig dans le décor du laboratoire de Septimus présenté planche 46, case B2 de La Marque Jaune.

 

mjlabo origine

    

L’échelle est déterminée par la taille des bonshommes que l’on trouve dans le commerce, déguisés en GI ou en supermen : ils font 28 cm de hauteur, affublés de musculatures importantes qu’il est parfois nécessaire de diminuer car nos personnages de papier ne pratiquent pas le body building !

Enfin, ils doivent être articulés au niveau de la taille et des membres afin de les adapter aux positions souhaitées.

 

100 4269  

  1. Le fauteuil de Guinea-Pig

 

Jacobs s’ est fortement inspiré de modèles de chaises électriques utilisés aux Etats-Unis.

 

Chaise électrique-2

Les différentes parties sont découpées dans des planches de balsa de 10 mm d’épaisseur suivant les dessins joints.

 

chaise vue de dessuschaise vue de facechaise vue de profil

Les courroies sont confectionnées en bandes de 10 mm dans du bristol et peintes en gris. Elles sont équipées d’une boucle en fil de laiton à une extrémité. Ces courroies sont prévues pour attacher le corps au niveau de la taille et des membres.

Le fauteuil est peint en couleur « violet bleu » acrylique Lefranc et Bourgeois.

 

 100 4248100 4249 

  1. Guinea Pig

 

A. La tête d’Olrik possède globalement la forme et les dimensions de celle du GI, aussi celle-ci servira de base en intervenant sur la chevelure, les joues, le nez, les arcades sourcilières, avec cutter, lime, compléments de pâte « Plastiroc » (déjà évoquée dans des articles précédents), etc… le travail consistant à transformer un dessin en une forme en trois dimensions, cela est plus une question d’impression générale et de satisfaction.

 

100 4262

 

B. L’habillement

Les vêtements sont découpés dans du tissu noir de récupération suivant les formes reprises sur les dessins.

Les rabats des bords des pièces sont repliés et collés, cela évite l’effilochage du tissu et imite les coutures.

Les jambes de pantalon et les manches sont repliées sur elles-mêmes, collées sur le bord et retournées (comme un doigt de gant) afin de dissimuler les parties collées à l’intérieur.

Enfiler les deux jambes du pantalon et coller les deux parties de la taille. Ensuite, glisser le dos et les deux demi-parties avant collées ensemble par les bras du personnage et coller les deux demi-devants jusqu’à la taille. Compléter par la cape et le col relevé (bande de carton de 30 x 130 recouverte de tissu). 

   

 Vétements 001100 4251

    

C. Les accessoires

Le chapeau est composé d’une rondelle de carton recouverte de tissu et d’une partie centrale sculptée dans un bloc de balsa creusé à l’intérieur. L’ensemble est mis en forme de façon à obtenir une forme de chapeau « jacobsien ».

Les chaussures sont taillées dans des blocs de balsa et sont fixées par vis sur les jambes dont les pieds d’origine ont été supprimés.

Le serre-tête est décrit sur le dessin.

 

accessoires

  1. Septimus

 

La base est aussi un mannequin de même origine, mais deux opérations préalables sont nécessaires : la tête sera coupée en raison de la forme particulière à obtenir, très différente et les jambes seront raccourcies de 2 cm, au niveau des cuisses, Septimus étant plus petit qu’Olrik.

 

A. La tête est sculptée au fur et à mesure des apports de pâte « Plastiroc » suivant les caractéristiques à obtenir : front fuyant dégarni, orbites oculaires profondes, menton proéminent, joues creuses, sourcils hauts, arrière du crâne important… En final, la tête est collée sur le cou du personnage.

Les lunettes sont des petits morceaux de rhodoïd mis en forme, tenus par des montures en fil de laiton.

 

102 2087

    

B.L’habillement

A part la longueur des jambes, le pantalon est le même que celui d’Olrik.

La tunique est découpée dans du tissu de couleur crème et assemblée sur le corps. Les manches courtes sont enfilées sur les bras, lesquels sont repliés de façon à ce que les poings soient appuyés sur la taille.

 

Vétements 002 

100 4257

 

C. Les accessoires

Les chaussures, fabriquées de la même façon, prennent aussi la place des pieds d’origine. Le disque et son support sont décrits sur le dessin. Un fil de cuivre part de l’arrière du porte-disque et rejoint l’intérieur de la manche gauche.

 

Il ne reste plus qu’à asseoir Guinea Pig sur son siège et incruster les images de Septimus et de son esclave dans la case du laboratoire scannée.

 

102 2083102 2089

Nota. La représentation à l’échelle du décor aurait demandé un fond de 1,30 mètre de large sur 70 cm de haut !

 

Les articulations des mannequins permettent de varier les positions, en particulier celle, emblématique, de « La Marque Jaune ».


marque jaune-bis 

Prochain épisode : le mur de La Marque Jaune.

 

 

Article rédigé par Laurent le 21 juillet 2012 à 11:21
Tag(s) : #Maquettes