Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Grâce à Fred du Centaur Club, voici une très bonne nouvelle pour cette année qui s'annonce très blakeetmortimerienne ! En effet, le journal suisse Le Matin Dimanche a prépublié une page (la page 3) du futur album tome 21 à paraître en novembre Le Serment des 5 Lords, ainsi qu'une interview d'Yves Sente.

 

Voici la photo et l'interview ensuite :

 

Le-serment-des-cinq-Lords-Blaket-Mortimer.jpg 

Interview d’Yves Sente par Camille Destraz pour Le Matin Dimanche :

« Le nouveau B & M explorera le passé du capitaine »


Comment avez-vous abordé l’écriture du scénario de ce prochaine tome ?

-Je n’avais pas fait d’album de B&M depuis quelques années. Au bout d’un moment ça me manquait et quand je m’y suis remis c’était le même plaisir que de revoir de vieux copains. J’ai pris le temps de me documenter, je suis allé avec Juillard à Oxford pour prendre des photos. C’est un « Blake » très particulier pour moi. On a décidé de se faire plaisir. Au terme des quatre premiers tomes, on pouvait se permettre de faire un peu plus notre propre B & M, en sortant des clichés tout ne restant dans les codes.

Cette planche fleure bon l’atmosphère britannique, et le reste de l’album ?

-C’est un album 100 % british. Entre Londres et Oxford principalement. Dans la case 3 de cette page, Mortimer parle de l’Ashmolean Muséum, qui est le plus vieux musée universitaire du monde. Tout sera lié à ce lieu où quelques pièces vont être volées. Bien évidemment, ces vols auront un sens très particulier. Et cette fois-ci, alors que j’avais exploré les passé de Mortimer dans « Les sarcophages du 6ème continent », on va en apprendre un peu plus sur le passé de Blake.

Dans ces premières cases, Blake parle d’un ami décédé, cet événement aura-t-il son importance ?

Oui, il découvre avec toute la stupéfaction britannique nécessaire, « ow ! » que son ancien camarade Harry Pitchwick est mort. Il va tout faire pour pouvoir aller à l’enterrement, et va revoir d’autres amis. Pendant ce temps, Mortimer ira à Oxford, et bien entendu ce qu’ils vont découvrir chacun de leur côté aura un lien… Ce scénario est un pure hommage aux lectures de mon enfance, Agatha Christie, Sherlock Holmes, où il y avait à la fois un mystère à élucider et quelque chose d’effrayant.

A quelle période se déroule l’histoire ?

A la dernière case de la « Marque Jaune » » (publiée en 1956 ndlr) nous sommes le 24 décembre 1954. Notre histoire débute exactement une semaine plus tard. Mais c’est uniquement sur le plan chronologique, car le récit n’a rien à voir. Et là où je me suis fait un plaisir dans le plaisir, c’est que j’ai lié le récit avec l’Histoire avec un grand H. En abordant un événement historique très important que tout le monde connaît mais que l’on verra sous un nouveau jour. J’ai essayé de trouver des trous dans l’Histoire, et de répondre avec ma fiction. Et je défie les historiens de me dire que j’ai tort.

L’univers britannique vous inspire-t-il particulièrement ?

Oui, tout à fait ! J’adore l’Angleterre qui est à la fois la patrie du punk et qui a cet esprit « chapeau melon..» . J’aime ces paradoxes. Même s’il y a ce côté très retenu, l’excentricité n’est pas considérée comme une tare.

L’excentricité peut-elle avoir sa place dans B&M ?

Je pense, oui ! Jacobs avait fait une caricature de l’Angleterre, telle qu’on la connaissait dans les années 50… et il manque cette touche. J’aimerais ramener quelques excentricités dans la série !

Et l’infâme Olrik ? Va-t-il réapparaître une énième fois ?

Ce n’est pas sûr… En tout cas pas dans le rôle habituel.

 

 

Vous pouvez en discuter sur le sujet spécifique du Centaur Club.

 

Merci à Fred et à Eric Saussine.

Article rédigé par Christian le 1 janvier 2012 à 17:50
Tag(s) : #Blake et Mortimer par André Juillard